Village de Nianiane (0)   © Paula Loudenslager  

Accueil
Présentation
Philosophie
Les brèves

Sénégal

Hot Spot
Systémique
Campagne 2
Campagne 1 + Bilan
Faire un don
Niakhar
Nianiane
Poleck-Mbine Birame
Ngouye
Dossiers

Nous travaillons
pour vous !
Asbl
Formation
Sur le chemin...
Téléchargement

Niakhar, centre de la communauté rurale

La communauté rurale de Niakhar est un ensemble d'environ 60 villages dont Niakhar (près de 10.000 habitants) est le pôle "économique".

Niakhar se trouve à environ 120 km à l'Est-Sud-Est de Dakar, capitale du Sénégal. La communauté rurale de Niakhar se situe sur la route en latérite reliant Fatick à Bambey. Les villages environnants sont desservis par des pistes en terre battue.



Niakhar se développe à grande vitesse, malgré le problème de l'eau douce que pose l'arrêt du forage (voir projet Niakhar01). La présence d'un important centre de santé (développé par l'organisation belge Case Départ), de nombreux commerces, d'un lycée, du marché hebdomadaire (le lundi matin si vous passez par là) en font une localité attrayante.

Toutefois, la vie n'y est pas facile. Le manque d'activité engendre un exode rural important, la faible circulation d'argent est un frein au développement de certains secteurs économiques tels que le secteur des services.

Etant donné les spécificités de cette commune par rapport aux villages environnants, les projets développés sont d'un type tout à fait différent. Dans le cas de Niakhar, il s'agira essentiellement d'accorder des prêts remboursables afin que des groupements puissent développer des projets qui, simultanément, créeront de l'emploi (réduction de l'exode rural) tout en favorisant la circulation d'argent qui, par effet "boule de neige", est susceptible de favoriser d'autres initiatives.

Ces différents projets sont présentés ci-dessous. Pour obtenir plus de détails à propos d'un de ces projets, cliquez simplement sur son nom.

Les mots en mauve signalent l'existence d'un dossier plus général sur le sujet.

Remarque: 1 euro vaut approximativement 550 XOF (XOF = franc CFA, celui-ci était au cours de l'ancien franc français).

Projets à Niakhar
Nom Libellé Etat Coût Donateur
Niakhar03 Fabrication par des artisans locaux de moustiquaires de qualité à des prix raisonnables pour les habitants de toute la communauté rurale En attente 1.150.000 CFA
1.770 euros
En partie remboursé par les ventes
Mr RMD de Bruxelles
Niakhar05 Centre de formation à la couture pour des jeunes filles de la région (lutte contre l'exode rural) En faillite 2.000.000 CFA
3.080 euros
Prêt remboursable
Mr BR et Mme BMD de Bruxelles
Niakhar06 Centre d'accueil au lycée permettant aux élèves des villages environnants de pouvoir se restaurer et se reposer de 12 à 15 heures (scolarisation) Réussite 6.800.000 CFA
10.460 euros
Don
Voir détail dans la rubrique "ASBL" "Affectation des dons"
Niakhar07 Ouverture d'un dépôt de médicaments En faillite 2.125.000 CFA
3.270 euros
Prêt remboursable
Mr BR et Mme BMD de Bruxelles
Niakhar08 Soutien d'un GIE de femmes En attente 1.000.000 CFA
1.540 euros
Prêt remboursable
Mr BR et Mme BMD de Bruxelles

Projet Niakhar03

Confection de moustiquaires

En août 2001, les 250 moustiquaires de Nianiane sont confectionnées par 4 tailleurs de Niakhar, et ceci en 4 jours. Cette rapidité a permis de mettre les habitants de Nianiane à l'abri de la malaria, et ceci dès le début de la saison humide, moment de l'apparition des moustiques.

Un probème est rapidement apparu au niveau des habitants de Niakhar qui ne pouvaient pas se procurer de moustiquaires (pénurie au niveau du Sénégal) alors qu'ils voyaient passer chaque jour une voiture bourrée de moustiquaires pour un village voisin.

Les tailleurs me disent: "chaque 5 minutes, une personne vient nous demander: est-ce que les moustiquaires sont pour nous, les habitants de Niakhar, ou sont-elles à vendre?". Ces demandes répétées ont fini par mettre les tailleurs mal à l'aise, ce qui est compréhensible.



La tailleuse et les 3 tailleurs au travail

Suite à cela, les tailleurs émettent un "Projet Moustiquaires".

Le problème est que "la demande au poste de santé est supérieure à l'offre". Autrement dit, le stock est vide, aucune moustiquaire n'est disponible.

Les tailleurs désirent avoir un financement afin de satisfaire la demande des villageois qui en ont réellement besoin. "Si les habitants voient que des moustiquaires sont disponibles, ils paieront pour en avoir". Pourtant, cela pèse lourd dans un budget, mais bien moins lourd que 3 ou 4 enfants atteints de la malaria.

Un financement permettrait d'acheter le tissu et de confectionner les moustiquaires. L'argent du paiement permettrait de rémunérer les tailleurs et de racheter du tissu.

Le problème est le prix d'achat. Un chef de carré doit acheter 4 à 5 moustiquaire afin de protéger tous les membres de sa famille. Si la moustiquaire est vendue trop chère, il lui sera impossible d'en acheter, ce qui n'est pas vraiment le but de l'opération.

Une discussion sur les prix, les qualités des différentes moustiquaires théoriquement disponibles sur le marché et les moyens dont disposent les villageois a lieu afin de fixer un rapport "qualité/prix/capacité d'achat" le meilleur possible.

Sachant qu'une moustiquaire bien entretenue peut durer 10 ans, le débat s'achemine vers un prix d'achat qui serait plutôt une participation des habitants du village mais qui ne pourra pas couvrir complètement le prix du tissu et de la confection.

Un accord est finalement mis au point:

  • Un nouvel achat de 1,5 km de tissu est effectué à Dakar
  • Les tailleurs procèdent à la confection de moustiquaires au fur et à mesure de la demande
  • Pour chaque moustiquaire vendue, une partie du prix de vente leur revient pour leur main d'oeuvre
  • L'autre partie (la plus importante) est capitalisée pour l'achat de nouveau tissu lorsque le stock sera épuisé.

Sur les 15 bobines achetées en août 2001, 12 ont permis la confection de plus de 190 moustiquaires. Les 3 bobines restantes ont été stockées pour la saison 2002.

Spontanément, l'idée de continuer l'expérience pour la saison des pluies 2002 a germé dans nos esprits, mais il faudra voir si les conditions de pénurie seront les mêmes et si un afflux de moustiquaires de l'UNICEF ne risque pas de laisser les tailleurs avec beaucoup de tissu et pas de travail.

J'ai demandé à Mahécor de noter à chaque vente le village dans lequel les moustiquaires achetées allaient servir. Peut-être qu'une étude statistique permettrait de vérifier l'impact de ces moustiquaires sur l'évolution des foyers de malaria dans la région.

Début de saison 2002, une demande d'achat de 15 nouvelles bobines est introduite et acceptée. Une nouvelle vague de production est mise en route.

Pourtant, il y a une ombre au tableau: l'éloignement et les difficultés de gestion sur place ne permettent pas d'avoir une vue très précise dont les choses évoluent.

Une étude globale de l'ensemble des activités sénégalaises est réalisée sous la rubrique "Sénégal" -> "Bilan".

A suivre.


[ Retour aux projets ]

Projet Niakhar05

Centre de couture

Lutte contre l'exode rural

Fatma Faye (photo ci-contre) est la Présidente d'un groupement de femmes appelé Ndial Ndieg (ce qui veut dire "semer et récolter les fruits"). Les objectifs sont de réunir les femmes et d'endiguer l'exode rural.

Le but est donc de fixer les jeunes au village.

C'est très difficile car il faut d'abord faire en sorte que le jeune puisse suivre une formation: la couture, la teinture, l'éducation sanitaire,... ce qui lui permettra de trouver un travail et d'assurer ainsi sa subsistance.

La formation terminée, le problème n'est pas résolu. La personne doit encore s'établir. Une couturière par exemple devra trouver les fonds pour s'acheter une machine à coudre, du tissu et assurer le loyer d'un local où exercer son activité.

Le but immédiat est de pouvoir profiter d'un prêt remboursable afin de créer un centre de formation à la couture destiné aux jeunes filles.

Ce prêt devra permettre l'achat de machines à coudre, le paiement de l'électricité et la location d'un local.

Les activités ont maintenant commencé. Les demandes affluent de tous les villages environnants. Actuellement, Fatma a dû se limiter, pour des raisons pratiques, à une dizaine d'inscriptions.

Les jeunes filles profitent ainsi d'un apprentissage gratuit, la vente de leurs travaux permettant de financer tous les frais et leur assurant même un petit revenu.

Cette école de formation à la couture rencontre un vif succès et le magasin regorge de magnifiques travaux des élèves et de leurs monitrices.

Un problème essentiel est le volume de vente. Fatma aimerait bien exporter, mais ne sait où trouver des débouchés à l'étranger. Si l'expérience vous tente, contactez-la.




Le magasin de Fatma


Quelques articles en vente

Nous sommes en attente de nouvelles concernant la réussite de ce projet.

Une étude globale de l'ensemble des activités sénégalaises est réalisée dans la rubrique "Sénégal" -> "Bilan".

A suivre.


[ Retour aux projets ]

Projet Niakhar06

Centre d'accueil à l'école secondaire

Les raisons ayant présidé à la construction de ce centre d'accueil sont explicitées dans le dossier scolarisation.




La Direction du Lycée de Niakhar
Au centre, le Proviseur, Monsieur Samba LOUM
A gauche, le Censeur, Monsieur Alioume Badara THIOUME
A droite, le Surveillant Général, Monsieur Amad DIOUF

Après discussion avec les autorités du Lycée de Niakhar, les modalités du centre d'accueil ont été définies. Le bâtiment aura 18 mètres de long sur 11 mètres de large et il abritera le centre d'accueil proprement dit (foyer), la bibliothèque, le laboratoire de sciences-informatique et un local de rangement.

Ce grand bâtiment a pu être construit grâce à une synergie particulièrement réussie:

  • Le papa de Mahécor, Daouda Faye, s'est occupé de Pâques à juin 2002 de la réalisation des blocs de béton ("briques"), de l'approvisionnement des matériaux, de l'élargissement du portail du Lycée afin de permettre l'entrée des camions, du recrutement des maçons et de la réalisation des fondations ("du fondement").
  • Les 16 Horizons de Gosselies et de 7 JER de Waterloo ont réalisé un travail de titans: déplacer près de 3.000 blocs de béton afin de faciliter et accélérer le travail des 6 maçons.
  • Suite au décès regrettable et inopiné de son père, Mahécor s'est chargé des finitions: installation de l'électricité, menuiserie métallique, crépissage des murs, peintures, pose du toit et réalisation des chapes.

Merci à toutes et tous pour votre courage et votre dévouement.

Un suivi sera effectué afin de voir l'utilisation de ces locaux.

Etant donné le rôle joué par Daouda Faye dans la création même du lycée, son intérêt dans son expansion et notamment son aide dans la construction du foyer, en souvenir de son intégrité, du respect que tous lui portaient et de sa mort prématurée en service, nous avons décidé, en accord avec les autorités du Lycée, de lui dédier ce foyer. Désormais, le Foyer Daouda Faye abritera de nombreuses générations d'élèves, futurs artisans du développement de leur pays.

Voici le plan du Foyer Daouda Faye et quelques étapes de sa construction.


Un plan succinct du bâtiment


Aux côtés de Mahécor, une fine équipe prête à attaquer le travail avec ses nouveaux gants (les Horizons de Gosselies).


Le "fondement" (les fondations) et les Horizons de Gosselies à pied d'oeuvre le 2 juillet 2002


Un travail de titan: un bloc arrive à destination toutes les 10 secondes. Près de 3.000 blocs seront déplacés sur des distances parfois supérieures à 100 mètres.


L'état du bâtiment au 21 juillet 2002, dernier coup d'oeil des JER de Waterloo avant le départ pour Saint-Louis.


L'intérieur du foyer. Première porte à droite, la bibliothèque. Seconde porte à droite, le laboratoire.


Le foyer à la Toussaint 2002


[ Retour aux projets ]

Projet Niakhar07

Ouverture d'un dépôt de médicaments

La commune de Niakhar dispose d'un important centre de santé développé par un organisme belge appelé "Case Départ".

Lorsqu'un malade consulte au centre de santé, il reçoit une ordonnance et généralement les médicaments correspondants. Toutefois, si le dispensaire ne dispose pas du médicament nécessaire, il ne peut trouver de pharmacie à Niakhar.

Il doit donc se rendre s'il le peut ou envoyer quelqu'un à Fatick qui se trouve à 17 km de là pour obtenir ses médicaments.

Un dépôt de médicaments (semblable à une pharmacie) permettrait aux patients de Niakhar et des villages environnants de trouver facilement les médicaments nécessaires et ainsi commencer un traitement rapide.

L'avenir nous dira si cette initiative individuelle élaborée grâce à un prêt remboursable répondra aux besoins de la population et sera une réussite.




Alimatou au dépôt de médicaments

Suite à différents problèmes difficiles à élucider, ce projet est mentionné en faillite.

Une étude globale de l'ensemble des activités sénégalaises est réalisée sous la rubrique "Sénégal" -> "Bilan".

A suivre.


[ Retour aux projets ]

Projet Niakhar08

Soutien d'un GIE de femmes

Un GIE est un Groupement d'Intérêt Economique.

Afin d'améliorer leur situation financière, une vingtaine de femmes de Niakhar, dont une majorité de veuves et de femmes seules, ont décidé de se grouper en GIE.

L'activité choisie est de mettre en location des chaises, des plats, des tentes et un groupe électrogène pour les grandes réunions familiales (baptèmes, mariages,...) dans lesquelles ce genre de matériel fait la plupart du temps défaut.

Cette activité a démarré en août 2002 grâce à un prêt remboursable d'un million de francs CFA (1.540 euros) à un taux de 3% l'an.

Parmi les trois prêts remboursables accordés, c'est celui qui semble réussir le mieux. La gestion est naturellement le point essentiel, et il est manifeste qu'il vaut mieux prêter à un groupe qu'à une personne isolée dont les capacités de gestion ne sont pas toujours effectives.

Tout ceci est abordé dans l'étude globale de l'ensemble des activités sénégalaises est réalisée sous la rubrique "Sénégal" -> "Bilan".

A suivre.


[ Retour aux projets ]